Association de sauvetage des furets
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La reproduction du furet

Aller en bas 
AuteurMessage
rackaile
Admin
avatar

Messages : 201
Date d'inscription : 26/12/2011

MessageSujet: La reproduction du furet    Dim 15 Jan - 15:10

taille de la vulve furette en chaleur
Pour présenter une furette à la saillie, il faut attendre que sa vulve soit bien turgescente (grosse). On recommande d'attendre 15 jours, voire plutôt un mois, après le début du gonflement pour présenter la femelle furet au mâle. Voici en photo, l'évolution dans le temps d'une vulve de furette en chaleur.


Vendredi 10 février :


Mardi 14 février :


Lundi 20 février :


Mercredi 22 février :

Avec les chaleurs, l'odeur de la furette est plus forte. Elle se met à uriner fréquement pour marquer son territoire, au point que l'urine souille l'entre cuisses.

Lorsque la vulve est bien turgescente (gonflée), voire un peu coulante, on peut dès lors la présenter au male. C'est l'accouplement proprement dit.


Dernière édition par rackaile le Mer 14 Mar - 11:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
rackaile
Admin
avatar

Messages : 201
Date d'inscription : 26/12/2011

MessageSujet: Re: La reproduction du furet    Dim 15 Jan - 15:17

Accouchement de la furette
La gestation de la furette dure en moyenne 42 jours (38 à 44), à compter de la première saillie.

Durant la grossesse, on observe une prise de poids et une turgescence des tétines. Les tétons deviennent parfaitement visibles et se colorent en rose. C’est le meilleur moment pour les compter (Cf. nombre de tétines chez la furette). Il est possible en suivant la cinétique de la prise de poids (et non pas uniquement le gain de poids) de déterminer si la femelle est gravide (Cf. pseudo ou pas).


Durant la grossesse les tétines de la furette deviennent parfaitement visibles.

La prise de poids est évidente en fin de gestation, où l'on peut voir un ventre proéminant. Il est même possible de voir bouger les bébés dans le ventre de la maman. Toutefois, dans le cas de portées de petite taille (Cf. petite portée de la furette), c'est moins évident.

Durant la grossesse, la furette peut présenter un ventre proéminant, d'autant plus que le nombre attendu de bébés est élevé. La furette sur cette photo donnera naissance à 9 bébés vigoureux et bien portants ! (Cf. portée Léna mielionne)

Pre-partum (avant l'accouchement) de la furette

Dans les derniers jours de gestation (1-2 semaines), la furette s'arrachent les poils. Cela permet, d'une part de dégager ses tétines pour les futurs nouveaux nés, et d'autre part de garnir son nid de quelque chose de doux. Parfois, on peut observer une véritable alopécie, comme lors d'une mue.

C’est le moment pour mettre la femelle dans sa maternité, à savoir une cage au calme, à l’abri des courants d’air, du froid et des fortes chaleurs. Il faut une cage qui se ferme bien, afin d’éviter toute fuite de la maman (qui peut déplacer ses bébés). Le sol doit être plein, c’est-à-dire qu’il ne doit pas être constitué de grilles ou grillages car les bébés risqueraient de tomber à travers les interstices et mourir (Cf. quelle cage choisir pour son furet). A vous de choisir ce qui vous conviennent le mieux comme nid : foin, paille et/ou tissu. Pour ma part, ma préférence va pour le foin (Cf. le nid de la furette). Si le nid et l’environnement de la cage lui convient la furette ne cherchera pas à déplacer les furetons.

Jusqu’à 72h avant l’accouchement la furette perd un liquide gluant, plus ou moins transparent par la vulve (il colle au doigt et s'étire comme un fil). Ce sont les pertes vulvaires. Néanmoins les pertes vulvaires peuvent être aussi observées lors d’une pseudo gestation. Elles précèdent l’expulsion du bouchon muqueux, amas gluant très foncé, parfois noir. La perte du bouchon muqueux signe un accouchement imminent. Dès lors, la
furette est plus câline et recherche le contact.


Les pertes vulvaires précèdent l’accouchement.

La Parturition (ou accouchement) de la furette

D’après mon observation personnelle, l’accouchement a lieu plutôt la nuit ou tôt le matin. Il dure environ 2 heures.

Les prémisses de l'accouchement sont annoncés par des allers retours successifs de la furette dans sa litière. La furette se met en position pour faire ses besoins mais elle n'y arrive pas. Le ventre "tombe", c'est-à-dire il descend entre ses jambes, ce qui lui confère un aspect caractéristique. Elle se lèche fréquemment la vulve.

Les bébés sont expulsés les uns après les autres à l'aide de puissantes contractions abdomino-pelviennes. Les contractions sont impressionnantes et visibles à l'oeil nu. La furette peut au décours émettre des cris plaintifs. Sans tomber dans l'anthropomorphisme, ce n'est pas une partie de plaisir. La furette change aussi souvent de place afin de trouver une position plus favorable à l'expulsion des bébés.

Accouchement furette : ftp://downloads.feulenoir.com/pltwxpym/video_feulenoir/accouchement_furette.wmv

Avec sa langue râpeuse, la furette aide les bébés à sortir. Elle les nettoie de la poche et des eaux, ingère le placenta et coupe le cordon ombilical. Toutes ces actions sont réalisées très rapidement. Parfois l'expulsion d'un bébé est difficile. Dès lors, il ne faut pas hésiter à venir en aide à la femelle, si celle-ci le permet. Il ne s'agit pas de la stresser encore plus l’animal, juste de l'aider. A vous de voir en fonction de la relation que vous entretenez avec votre furette. Il faut masser le ventre délicatement en essayant d'accompagner chaque contraction. Les contractions en sont facilitées, ainsi que l'expulsion du bébé.

Post-partum (après l'accouchement) de la furette

Les jours suivants l'accouchement, la furette présente des pertes vaginales foncés, noires, parfois vertes. Elles ne sont pas un signe d'infection. Elles traduisent tout simplement la vidange de l'utérus des débris liés à l'accouchement. Là encore, un massage journalier du ventre de l'animal permet d'accélérer leur élimination. C'est aussi un grand moment de tendresse entre l'homme et la furette.


Les jours suivant l'accouchement, la furette émet des pertes vaginales foncées. L'utérus se draine des différents débris lié à l'accouchement.

Les pertes vaginales peuvent durer plusieurs jours (jusqu'à 1 semaine). Néanmoins en cas de furette abattue, de pertes qui persistent ou de mauvaises odeurs cela peut être un signe de pyomètre, qui nécessite un avis vétérinaire en urgence
Revenir en haut Aller en bas
rackaile
Admin
avatar

Messages : 201
Date d'inscription : 26/12/2011

MessageSujet: Re: La reproduction du furet    Dim 15 Jan - 15:25

Nombre de tétines chez la furette
Combien de tétines possède une furette ?

La furette (femelle du furet) peut posséder entre 5 à 9 tétines.

Nombre de tétines chez 41 furettes d'après les informations recueillies sur les forums de discussions.

Les tétines sont souvent difficiles à voir en tant normal. Lors de la grossesse, les mamelons deviennent turgescents et le comptage des mamelles devient plus facile. Lors d'opération chirurgicale (stérilisation de la furette) ou d'échographie, le rasage du ventre permet de les faire apparaître. Par contre, les tétines peuvent être devinées trés tôt comme vous pouvez le voir sur la photo suivante avec un fureton de 18 jours.

La disposition des tétons le long de la ligne de l'ombilic est rarement parfaitement symétrique.

Une furette peut parfaitement subvenir au besoin de ses petits même si le nombre de tétines est inférieure à celui des furetons.

Voici quelques tétines en images


5 tétines


6 tétines


7 tétines


8 tétines


9 tétines
Revenir en haut Aller en bas
rackaile
Admin
avatar

Messages : 201
Date d'inscription : 26/12/2011

MessageSujet: Re: La reproduction du furet    Dim 15 Jan - 15:28

Le sexage des furetons
Une fois nés, les furetons peuvent être sexés trés rapidement. Néanmoins, le sexage des furetons n'est pas évident lorsque l'on n'a pas l'habitude. Je vous propose donc 2 photos pour vous aider à identifier et à reconnaître le sexe de vos furetons :

Tout d'abord le sexe mâle, où l'on devine l'os pénien (l'os du zizi). Il se présente sous la forme d'un petit fil sous le nombril :


Et pour terminer la sexe femelle, où l'on voit quasiment rien si ce n'est un petit mais tout petit bourgeon près de l'anus :

Revenir en haut Aller en bas
rackaile
Admin
avatar

Messages : 201
Date d'inscription : 26/12/2011

MessageSujet: Re: La reproduction du furet    Dim 15 Jan - 15:36

Gestation et Pseudo chez la furette

L’échographie permet de différencier la pseudo d’une grossesse normale.
Crédit photo Camille(Xéna la furette).


La gestation de la furette dure en moyenne 42 jours (38 à 44 jours). Durant cette période, l’animal prend en moyenne 160 gr (47-225 gr) (chiffre obtenu sur 15 furettes) mais peut aussi finir la grossesse avec un poids inférieur à celui de départ (-35 gr).

Le furet est un animal qui présente fréquemment ce qu’on appelle des «pseudos», c’est-à-dire que la furette présente tous les signes d’une gestation (modification du comportement, mise en place d’un nid, etc.) mais au bout de 42 jours il n’y a pas de naissance de bébés.

Une « pseudo » s’accompagne d’une prise de poids, tout comme dans une gestation normale avec bébé. De ce fait, la prise de poids durant une gestation n’est pas un argument permettant de s’assurer que la femelle est bien gravide.

L’échographie permet de différencier la pseudo d’une grosse normale. Toutefois cet examen est dépendant de l’opérateur et peut représenter un coût non négligeable (50 euros), d'autant plus qu'il est préférable de le répêter.

J'ai suivi la prise de poids de plus d'une vingtaine de gestation de furettes. Je pense que l’évolution de la prise de poids permet de savoir si la grossesse se déroule bien. Elle permet de voir au premier coup d'oeil si la furette présente une pseudo, voire même d'estimer le nombre de bébés.

Grossesse normale


Prise de poids normales observées sur 2 furettes gestantes

Durant la gestation, il est possible de distinguer 3 phases :

La 1e phase
Elle correspond au 3e premières semaines de gestation. La prise de poids est faible durant cette période. Parfois, on peut même observer une amaigrissement liée à l’anorexie post coïtale mais même avec cette perte de poids, au bout de 21 jours la furette doit avoir grossie.

La 2e phase
Elle s’étale de la 3e à la 5e semaine. Elle est caractérisée par une croissance rapide du poids, croissance qui se poursuit jusqu’au terme. Cette 2e phase peut présenter des cassure de croissance néanmoins, toute cassure dans la courbe semble évoquer un incident survenu durant la gestation.

La 3e phase
Elle correspond à la 6 semaine. C'est une étape clef, la croissance doit se poursuivre et ne pas présenter de ralentissement. Comme vous pouvez le voir sur le graphe, les croissance des 2 furettes est même parrallele. Une cassure, voire tout simplement un ralentissement (pente inférieure de la courbe) semble avoir des conséquences dramatiques : morts nés, aucun bébés, etc.

Pseudo-gestation

Si la courbe de poids de l’animal ne suit pas ce modèle, il est probable que la furette présente une pseudogestation. Comme vous pouvez le voir sur le graphe suivant, la prise de poids de la furette ayant une "pseudo" n'a rien à voir avec celle d'une furette gestante.

Prise de poids lors d'une gestation normale et lors d'une pseudo




Citation:
Comment peser sa furette lorsqu'elle bouge tout le temps ?
Il suffit de peser la furette à l'aide d'un saladier. Dans le fond du saladier, on dépose un peu d'huile de colza ou du beurre. On peut rajouter des germes de blés ou encore de la levure de bière. La furette va se calmer pour lécher l'huile. Dès lors peser son animal devient un jeu d'enfant (penser à toiser la balance du fait de l'utilisation du saladier).


Tenter de déterminer les "accidents" survenus durant la gestation

En analysant les courbes de croissance, je pense que l'on peut déterminer si la furette est réellement gestante ou présente une pseudo. On peut aussi déterminer si la grossesse se déroule bien.

Voici un exemple de 2 portées en image :


Prise de poids anormales observées sur 2 furettes gestantes


Furette n°1
La courbe de croissance de la furette n°1 présente 2 anomalies. Premièrement, on observe une perte de poids en phase 1 mais peut être est-ce liée comme nous l'avons dit plus haut à l'anorexie post-coïtale. La seconde anomalie survient en phase 3, étape clef selon moi de la gestation. On voit un ralentissement, que j'associe à un signe de souffrance foetale. Bien que gravide, la furette ne donnera naissance qu’à un seul fureton.

Furette n°2
La courbe de croissance de cette furette ressemble à celle d’une gestation classique mais présente 2 cassures (les plateaux). Le premier survient durant la première phase et là encore peut s'expliquer par l'anorexie post-coïtale. La seconde cassure survient durant la 2e phase et se prolonge même sur la 3e phase. Il est probable qu’un évènement est venu perturber la gestation et entraîner une souffrance foetale. En effet, bien que la femelle présente des signes manifestes de gestation (bébés palpables et mouvement visibles), elle accouchera de furetons morts.

Tenter d'estimer le nombre de furetons à naître

Un autre exemple s'intéressant au nombre de bébés par portée :

Le graphe suivant montre l'évolution de la prise de poids d'une furette sur 2 portées consécutives. Lors de la 1e portée la femelle a donné naissance à 6 vigoureux furetons et l'année suivante, 10 furetons.


Evolution de la prise de poids d'une même furette sur 2 portées consécutives


On observe que les courbes suivent une évolution parrallèles sauf dans les 2 dernières semaines. La prise de poids est beaucoup plus importante dans le cas de la portée avec 10 furetons. Si une courbe de poids avait été réalisée durant la gestation il ne fait aucun doute que son propriétaire aurait pu anticiper le résultat de la portée et donc prévoir un parc en conséquence, ect.

Le tableau suivant présente les courbes de prises de poids de 3 furettes :


Evolution de la prise de poids de plusieurs furettes


La furette n°1 sert de référence. Elle a donné naissance à 7 furetons.

La furette n°2 présente une anorexie post-coïtale en phase 1, puis la prise de poids devient importante. Si on la compare avec la courbe de référence on s'attendrait à une trés belle portée. Malheureusement en 2e phase (du 28 eu 35e jour) on observe une cassure importante de la prise de poids (en pointillé est représentée la courbe telle qu'elle aurait du être). De plus, la reprise en 3e phase est un peu faible. Au final, la furette donnera naissance à 8 jolis furetons. Une belle portée en soi mais qui aurait pu être probablement plus importante sans l'incident survenu en 2e phase.

La furette n°3 présente une courbe normale mais elle est bas située par rapport à celle prise comme référence. L'estimation proposée a été au maximum 4 furetons et au final 4 naitront.

Cependant tout n'est pas aussi simple comme le montre le graphique suivant :



Evolution de la prise de 2 furettes, dont l'une ayant une perte de poids importante en début de grossesse


Sur le graphique, la courbe 1 est celle de référence. On voit que la furette 2 a une courbe de croissance exceptionnelle. On s'attendrait donc à une trés belle portée, d'autant plus qu'à aucun moment n'est survenu de phase plateau. En fait , la femelle 2 ne donnera naissance qu'à 4 furetons. L'explication est simple. La grossesse de cette furette était un accident. Elle était en repos suite à des problèmes de santé et avait beaucoup maigrie (-200 gr). De ce fait, la courbe présente un biais car on ne peut séparer la reprise de poids de la maman lié à la dénutrition et celle de la croissance des bébés. On aurait pu tout au plus dire qu'elle était gravide.

Citation:
Comme je le disais plus haut, ces commentaires sont à prendre avec du recul. Ils sont le fruit de l'observation d'une vingtaine de gestations et devront être confirmés.

Pour cela j'encourage les personnes se lançant dans la reproduction à peser régulièremet leur puce : toutes les semaines (idéalement 2 fois par semaine) durant les 6 semaines que constituent la gestation.

A suivre : Je reviendrais plus tard sur les élements responsables de souffrance foetales peuvant entraîner des pseudo gestations et des petites portées chez la furette
Revenir en haut Aller en bas
rackaile
Admin
avatar

Messages : 201
Date d'inscription : 26/12/2011

MessageSujet: Re: La reproduction du furet    Dim 15 Jan - 15:55

Suivie journaliere d'une portee de furets


Je vous propose de suivre l'évolution d'une portée de furetons depuis leur naissance, jusqu'à leur départ à l'âge de 8 semaines.









































































































Revenir en haut Aller en bas
rackaile
Admin
avatar

Messages : 201
Date d'inscription : 26/12/2011

MessageSujet: Re: La reproduction du furet    Dim 15 Jan - 19:11

Développement post natal des petits furets furetons
Je vous propose de découvrir le développement post natal, c'est-à-dire après la naissance, du furet d'après mon expérience. Celui-ci ne diffère pas de celui du putois (Cf. Encyclopédie des Carnivores de France Le Putois SFEPM p.18 1988).

A la naissance :
Les furetons ressemblent à des "bouts de doigts" : leur corp rose est recouvert d'un fin duvet blanc. Il est déjà possible de distinguer les albinos, des putoisés car chez ces derniers on devine l'oeil noir derrière les paupières. A la naissance, les furetons sont aveugles (paupières fermées) et sourds (membrane occultant le conduit auditif) mais par contre ils ne sont pas muets. Ils s'expriment déjà pour attirer l'attention de leur mère.


A la naissance, les jeunes furets sont sourds et aveugles.



Leur corps est recouvert d'un fin duvet à peine visible qui s'épaissit au fil des jours.
1e semaine :
Durant la première semaine, le pelage devient progressivement plus épais et commence à se teinter. Chez les foncés comme les blacks, il prend une coloration grise. Il est dore et déjà possible de sexer les furetons (
Cf. comment sexer un fureton). Voici une vidéo de furetons à J7 : video à J7


Durant la première semaine le pelage s'épaissit et se colore. Furetons de 6 jours.

2e semaine :
Les canines de lait commencent à apparaître à la fin de la 2e semaine. Il est difficile de les prendre en photos compte tenu de la taille de l'animal mais on les sent au toucher si on laisse les petits têter son doigt. On les distinguent parfaitement à la fin de la 3e semaine.



Les canines de lait sont les premières dents à apparaître chez le fureton

3e semaine :
C'est une étape importante car elle marque le commencement de la diversification alimentaire, l'ouverture des yeux et la défécation sans l'aide de la maman. Le passage à la diversification commence par un changement de comportement de la mère. Alors qu'elle mangeait habituellement en dehors du nid, elle dépose les proies dedans afin de les présenter à ses petits. L'ouverture des yeux ne survient pas de façon simultanée habituellement : c'est à dire que les deux yeux ne s'ouvrent pas en même temps mais l'un après l'autre. De même, ce n'est pas parce qu'un fureton au sein d'une portée aura commencé à ouvrir les yeux en premier qu'il sera le premier à avoir les deux yeux ouverts. En effet, l'ouverture est lente et peut s'étaler sur une période de 2-3 semaines, c'est-à-dire de la 3e à la 5e semaine.




Le sevrage commence à la 3e semaine, ce qui signifie que les furetons commencent à manger de la viande avant d'avoir ouvert les yeux. Fureton de 20, puis 24, puis 25 jours goûtant une proie.



La mère aide ses petits à faire leurs besoins en leur léchant la région anogénitale. Vers la 3e semaines, les petits commencent à déféquer sans l'aide de leur mère.


4 semaine :
Deux faits marquant : l'ouverture des oreilles et les prémisses des comportements de jeu. Depuis leur naissance, les oreilles des furetons sont recouvertes d'une fine membrane. Les comportements de jeux sont ceux traditionnels des furets : morsure au niveau du cou, comme le montre la vidéo suivante :
Jeux de furetons à J32.


Fureton à 28 jours (4e semaine) les oreilles ne sont pas encore entièrement ouvertes.


2 furetons de 31 jours en train de jouer


5e semaine :
A la 5e semaine les yeux sont parfaitement ouverts. Les furetons mangent essentiellement de la viande mais continue encore à téter leur mère.


Fureton de 34 jours, soit près de 5 semaines. On voit les canines et les prémolaires

7e-13e semaine : acquisition de la dentition définitive

Vous pouvez suivre l'évolution d'une portée de furet de jour en jour sur cette page :
Evolution d'une portée de furet
Revenir en haut Aller en bas
rackaile
Admin
avatar

Messages : 201
Date d'inscription : 26/12/2011

MessageSujet: Re: La reproduction du furet    Dim 15 Jan - 19:41

Monorchidie, cryptorchidie, testicule ectopique chez le furet


Qu'est-ce que la cryptorchidie ?

Ce mot vient du grec, de la réunion de kruptos, c'est-à-dire crypte, sous entendu caché, et de orkhis qui signifie testicule. Donc littéralement, cryptorchidie veut dire que les deux testicules sont absents, sous entendus cachés dans la cavité abdominale. Pour être plus précis, c'est un arrêt de la migration des testicules qui entraîne que ceux-ci ne se retrouvent pas leur place normale dans les bourses (le scrotum).

Qu'est-ce que la monorchidie ?

Si la cryptorchidie signifie que les 2 testicules sont absents, la monorchidie signifie littéralement l'absence d'un testicule. Un testicule est en place dans les bourses (le scrotum) et l'autre est caché.

Qu'est-ce qu'un testicule ectopique ?

Littéralement cela signifie qu'un testicule n'est pas à sa place normale. La migration du testicule s'est mal passée le long du trajet normal et celui-ci se retrouve au final dans une localisation incongrue : dans la cuisse, le pubis, etc.


Sur cette photo, on voit bien que les 2 testicules sont en place chez ce furet adulte.


Quelles sont les problèmes liés à un ou des testicules absents (cryptorchidie, monorchidie, testicule ectopie testiculaire) ?

Il y a essentiellement 2 problèmes : chute de la fertilité et cancer.

Pour que les spermatozoïdes arrivent à maturation, il faut qu'ils soient exposés à une température plus fraîche que celle du corps. Soumis à la température du corps, la spermatogenèse fonctionne mal (destruction des cellules germinales) et on observe une diminution de la fertilité (expérience du bouc chez lequel on installe un serpentin chauffant sur les testicules et qui devient stérile). Par contre, le testicule ne perd pas son pouvoir à secréter les hormones males (testostérone). Si l'un des testicules est absent, le male est peu fertile. Si les 2 testicules sont absents, l'animal est stérile.

Le second problème est que le testicule qui ne descend pas dans les bourses risquent de se cancériser, c'est-à-dire se transformer en tumeur cancéreuse. Chez l'homme, le risque de cancer persiste même si le testicule est remis à sa place dans les bourses.

Je n'aborderai pas les risques chirurgicaux liés aux torsions intrapéritonéales, aux hernies, etc.

Quels sont les causes de la cryptorchidie ?

A ce stade, il faut comprendre que durant la vie embryonnaire, les testicules se forment dans le ventre, puis descendent progressivement dans les bourses via le canal inguinal. Plusieurs causes peuvent bloquer cette descente. Chez l'homme, il existe des causes nutritionnelles, toxiques, hormonales, héréditaires (Wili-Prader, Prune-Belli, etc.), malformatives, chirurgicales, etc.

Pour en revenir au furet, on ne connaît pas les causes à l'origine de la cryptorchidie car elles n'ont jamais été étudiées. Chez le vison, la cryptorchidie n'est pas rare. Si on se réfère au chien, chez cette espèce, la cryptorchidie peut être héréditaire (Charlet, 2004) et se transmet selon un mode récessif autosomique à expression sexuelle.

Comme je le disais on ne connaît pas les causes de la cryptorchidie chez le furet. Néanmoins si l'animal est consanguin, la possibilité d'une origine génétique (hérédité) est élevée.

Comment se transmet la cryptorchidie chez le chien ?

Chez le chien, la cryptorchidie se transmet généralement sur le mode récessif autosomique à expression sexuelle, voire polygénique. Revenons sur ces mots.

Récessif : signifie que pour que le gène s'exprime il faut que le génome le possède en 2 exemplaires.
Autosomique : signifie que le trait de caractère se transmet par les autosomes, c'est-à-dire les chromosomes non sexuels.

Les fidèles lecteurs du site auront en mémoire que l'albinisme du furet se transmet lui aussi selon un mode autosomique récessif (Cf. génétique de l'albinisme du furet), donc nous serions tentés de dire que c'est la même chose.
Que nenni ... Nous avons parler de transmission autosomique récessive à expression sexuelle ... que cela veut il bien dire car comment un gène autosomique donc porté sur un chromosome non sexuel peut avoir une expression sexuelle ?

Expression sexuelle : vulgairement, cela signifie que l'expression du gène sera différente selon le sexe de l'individu. En effet, c'est très simple à comprendre. Le caractère de la cryptorchidie porte sur les testicules or comme les femelles n'ont pas de testicules ... seuls les mâles pourront l'exprimer. Donc c'est au final, un tantinet plus compliqué que la transmission de l'albinisme.

En effet, les individus (qu'ils soient males ou femelles) qui n'ont qu'un seul exemplaire du gène, seront porteurs mais n'exprimeront pas le caractère... mais aussi les femelles qui ont les 2 exemplaires du gènes mais qui ne peuvent l'exprimer car elles n'ont pas de testicules...

Polygénique signifie que plusieurs gènes peuvent être impliqués.

Voici un tableau résumant la situation dans le cadre d'une transmission portant sur un seul gène :


Modèle de transmission de la cryptorchidie / monorchidie selon un mode transmission autosomique récessif.


A première vue, ce tableau semble compliqué ... alors le voici résumé en 3 phrases :

- Si un mâle possède un ou deux testicules absents, ses deux parents sont porteurs.

- Si le mâle est possède un ou deux testicules absents, tous ses descendants seront porteurs.

- si la femelle possède un frère chez lequel il manque un ou deux testicules, elle a 75% de risque d'être porteuse de l'anomalie. Attention ce résultat n'est valable que dans le cas d'une hérédité n'incluant qu'un seul gène.

Comment éliminer la cryptorchidie (ou monorchide) d'une lignée ?

A la lumière du tableau précédent, on comprend aisément quelles mesures peuvent être mises en place pour éradiquer la cryptorchidie d'une lignée chez le chien.

1e mesure : Si un mâle est cryptorchide cela signifie que les parents sont porteurs de l'anomalie et le risque qu'il en soit de même dans la fratrie (frères et soeurs) est élevé, donc on écarte de la reproduction les parents et les frères et soeurs... Cette mesure a le mérite d'être simple et radicale ... trop d'ailleurs car cela revient à écarter tout le monde, donc à mettre un terme à une lignée... Autant dire qu'en pratique, elle n'est pas suivie par les éleveurs pour une question de perte de profit (et de travail) et ce ... même si elle est recommandée par les vétérinaires (Thèse vétérinaire de Karen Charlet, 2004; Romagnoli SE 1991).

2e mesure : Si un mâle est cryptorchide / monorchide dans une portée, on l'écarte lui et lui seul de la reproduction et l'on continue à faire reproduire les parents et la fratrie. Cette pratique est celle choisie par les éleveurs et uniquement les éleveurs. Pour l'instant, je n'ai jamais vu dans la littérature, un scientifique recommander cette mesure. A la lumière du tableau précédent sur la transmission du caractère, vous comprenez tout de suite pourquoi car cette mesure est l'inefficace. Comme l'anomalie est récessive, on part sur l'hypothèse que les futures générations ne seront pas croisées avec des individus porteurs et donc que l'anomalie ne ressortira pas... et puis si elle ressort encore faudra t'il remonter jusqu'à l'éleveur fautif ... En fait, cette méthode revient à fermer les yeux sur le problème et à se déculpabiliser puisqu'on ne fait reproduire que des sujets apparemment sains... le fait qu'ils soient probablement porteurs on s'en moque. La lignée est sauvée mais "le mal" ne disparaît pas, au contraire il perdure insidieusement.

3e mesure : La 3e mesure est la plus rigoureuse sur le plan scientifique mais elle est rarement mise en pratique et vous allez comprendre rapidement pourquoi. Si on veut éliminer "l'anomalie" tout en poursuivant la lignée, il faut mélanger les deux méthodes précédentes et y rajouter de la consanguinité. En effet, il faudrait faire se reproduire la fratrie entre elles (frères avec soeur) et avec les parents (père fille / mère fils) et tracer des arbres généalogiques afin de déterminer qui est porteur de l'anomalie. Ensuite, on écarte de la reproduction tous les porteurs pour ne conserver que les sujets sains. Autant dire cela va prendre du temps. D'autant plus qu'elle oblige à recourir à la consanguinité, qui est fortement impopulaire. Sur ce point, la consanguinité chez le furet est bien plus courante qu'on ne le croit. Elle survient soit par erreur (une fille laissée avec son père) ou soit de façon délibérée pour obtenir certaines couleurs. Et malheureusement les propriétaires sont rarement mis au courant de ce genre de pratique. D'ailleurs certains éleveurs peu scrupuleux, n'ont aucun remords à falsifier les arbres généalogiques ou à les tronquer pour faire disparaître les unions consanguines.. Il est dommage qu'il n'existe pas plus de franchise sur le sujet.

En pratique chez le furet

Pour en revenir au furet, j'insisterai au point de me répéter que le sujet n'a pas été étudié et que tout reste au stade de spéculation. Il y a probablement plusieurs causes pouvant l'expliquer : alimentaire, toxiques, etc. Toutefois, si la cryptorchide / monorchidie survient au sein de lignée consanguines, le risque qu'elles soient héréditaires est élevée.

Dès lors, les éleveurs devraient se résoudre à mettre en place la 1e mesure décrite à savoir, écarter de la reproduction les animaux cryptorchides / monorchide, ainsi que la fratrie et leurs parents. Sauf naturellement, si un autre trait porté par le furet prévaut sur le caractère cryptorchide / monorchide mais ça c'est un autre débat.

Toutefois comme nous l'avons vu, l'une des conséquences de la cryptorchidie est la chute de la fertilité, voire une stérilité si les 2 testicules sont absents. D'ailleurs une amie a utilisé son furet cryptorchide pour stopper les chaleurs de furettes avec succès (cela revient à s'en servir comme un male vasectomisé) . Un mâle monorchide (un seul testicule) pourra engendrer descendance (donc avoir des petits) mais serait moins fertile, puisque l'un de ses testicules fonctionne.


Dans cette position, il est facile de vérifier la présence des 2 testicules. Une main (gauche) tient le furet au niveau du cou, ce qui permet "d'étirer" l'animal et avec l'autre main (droite) on utilise le pouce et l'index pour former une pince et palper les testicules. En cas d'absence, il ne faut pas hésiter à rechercher le testicule manquant en palpant l'aine et les régions inguinales, le bas de l'abdomen, les cuisses, etc.


La sécrétion des hormones sexuelles (testostérone) étant relativement consevée, un furet monorchide ou cryptorchide présentera des signes de rut.

Le risque de la cryptochordie (y compris la monorchidie) est que le testicule caché se transforme en cancer. C'est pour cela que l'on recommande la castration. Néanmoins, il n'y a pas d'urgence. Il est préférable d'attendre au moins 12 mois et notamment le rut. Sous l'influence des hormones sexuelles mâles les testicules vont grossir et peuvent reprendre leur descente dans les bourses. Un de mes furets a eu son 2e testicules en place à 9 mois et l'on m'a rapporté une descente survenue après 12 mois. Par contre, passez ce délai, s'il n'y a pas de testicules en place, il faudra songer effectivement à la castration par précaution.

Conclusions

Nous connaissons peu de choses sur la cryptorchidie (absence des 2 testicules) ou la monorchidie (absence d'un testicule ou testicule ectopique) chez le furet car ces anomalies n'ont pas été étudiées.

Si on se réfère aux autres espèces, plusieurs causes peuvent être évoquées : nutritionnelles, toxiques, locales et même héréditaires comme chez le chien (transmission autosomique récessive à expression sexuelle monogénique ou polygénique).

Du fait de l'hypothèse d'une origine héréditaire, il est préférable de ne pas faire se reproduire un individu monorchide afin de ne pas transmettre le caractère (d'autant plus si les parents sont consanguins). Devront être aussi exclu la fratrie et les parents du furet.

Un furet monorchide, donc avec un seul testicule, sera moins fertile alors qu'un furet cryptorchide (absence des 2 testicules) sera stérile. Un furet cryptorchide a déjà été utilisé avec succès pour stopper les chaleurs d'une furette néanmoins il faudra garder en mémoire que cela entraînera une pseudo-gestation (Cf. gestation et pseudo-gestation chez la furette).

Compte tenu du risque de dégénérescence en cancer, il est préférable d'opérer l'animal par castration. Il n'y a pas d'urgence à opérer car une descente tardive (à 12 mois) est toujours possible et la stérilisation précoce s'accompagne d'un risque de cancer des surrénales (Cf. Stérilisation et cancer des surrénales chez le furet)

Sources :
• Charlet, Principales maladies héréditaires ou présumées héréditaires dans l'espèce canine bilan des prédispositions raciales, Thèse vétérinaire 2004.
• Godeau, Traité de Medecine Interne, 3e édition
• Romagnoli. Canine cryptorchidism. Vet Clin North Am Small Anim Pract. 1991 May;21(3):533-44.
Revenir en haut Aller en bas
rackaile
Admin
avatar

Messages : 201
Date d'inscription : 26/12/2011

MessageSujet: Re: La reproduction du furet    Dim 15 Jan - 19:45

Reproduction Pyomètre de la furette


Le pyomètre (pyo = pus et mètre = matrice, utérus) désigne une accumulation de pus dans l'utérus.

Cette affection peut se voir dans diverses circonstances, comme par exemple lors d'une grossesse, d'une pseudo (Cf. Pseudo chez la furette) ou dans les suites d'une piqure "stop-chaleur" à base de progestérone. D'ailleurs l'utilisation de l'acétate de mégestrol est à éviter chez la furette pour cette raison (Guittre., 1990).

La progestérone est une hormone qui peut entraîner une augmentation de la muqueuse (paroi qui tapisse l'intérieur de l'utérus) de l'utérus, voire une fermeture du col. On parle d'hyperplasie glandulo-kystique (Thibault et al., 1991).


Crédit photographie Marie Laure.
L'utérus d'une furette ressemble à un Y. Les bras du Y, appelés "cornes", se terminent par l'ovaire.
[A] : présence de kystes sur l'ovaire, indiqués par une flèche [B] : du pus (indiqué par une flèche) s'écoule de l'utérus.


Crédit photographie Marie Laure.
La corne utérine a été ouverte et on peut voir qu'elle est remplie de pus.

Au niveau clinique, traditionnellement la furette est apathique. Fatiguée, elle mange moins. Plus rarement, elle présente un comportement strictement normal. On peut observer un écoulement sale au niveau de la vulve, voire nauséabond, si le col est ouvert. Il suffit d'appuyer sur le bas du ventre pour voir sourder le pus. La vulve peut être gonflée, ainsi que le ventre. Une échographie aide à faire le diagnostic. Le traitement est chirurgical et consiste en une hystérectomie. Du fait de la particularité de la furette (Cf. hyperoestrogénie), il est souhaitable d'y associer une ovariectomie (castration).

Références :
- Thibault, Levasseur et al. (1991) La reproduction chez les mammifères et l'homme Editions Ellipses INRA.
- GUITTRE C (1990). Le furet animal de laboratoire. Thèse vétérinaire ENV Nantes.

Un trés grand merci à Marie Laure pour ses photos.
Revenir en haut Aller en bas
rackaile
Admin
avatar

Messages : 201
Date d'inscription : 26/12/2011

MessageSujet: Re: La reproduction du furet    Dim 15 Jan - 19:51

Doit on toucher les furetons ?



Certaines personnes entretiennent une relation de totale confiance avec leur furette.


A partir de quel âge peut on commencer à manipuler les furetons ?

Si nous parcourons les forums de discussions dédiés aux furets, la règle « quasi immuable » qui revient le plus fréquemment est : aucune manipulation avant l'âge de 3 semaines. Par contre, ceux qui prônent cette loi n'hésitent pas à la transgresser et à sortir les bébés de la chaleur du nid pour des séances de photos en les exhibant sur de jolies serviettes froides avec des peluches pour attendrir de futurs adoptants ...

Nous sommes en droit de nous interroger sur ce délai fatidique de 3 semaines.

Si on regarde l'évolution du développement post natal du furet (Cf. développement post natal des furetons), nous voyons qu'à la naissance le fureton est sourd et aveugle. Les seuls sens qu'il peut exercer sont le toucher, l'olphaction et le goût. A la fin de la 3e semaine, les petits commencent tout juste à ouvrir les yeux (l'ouverture se poursuivant souvent jusqu'à la 5e semaine) puis les oreilles à la 4e semaine. Si on prône qu'on ne doit pas manipuler un fureton avant 3 semaines car il n'est pas "prêt" au contact, cela signifie qu’il faudrait alors attendre au moins la 5e semaine pour que le petit dispose de tous ses sens...


La règle imposant d'attendre 3 semaines pour manipuler un fureton ne repose sur rien de tangible


En fait, la règle imposant d'attendre 3 semaines pour manipuler un fureton ne repose sur rien de tangible. D'autant plus que lorsque l'on regarde ce qui se fait chez le chien aujourd'hui, certains recommandent de débuter tôt la manipulation des chiots afin de prévenir les troubles du comportement à l’âge adulte. L'idéal serait de caresser les petits lorsqu'ils tètent afin qu'ils associent le contact humain avec les sensations agréables apportées par le lait de la tétée (Rosset, 2006).

Certes le terme "manipulation" pour des bébés n'est certainement pas le plus approprié puisqu’il sous entend tripotage et qu’un bébé est fragile. D’ailleurs il est utilisé lorsque l’on parle d’éduction anti morsures. Les termes "contact", "toucher" ou "caresser" sont certainement plus justes.

Code:
Une notion importante est qu’il n'est pas possible de comparer la reproduction réalisée dans le cadre d'un élevage familial où les animaux vivent en semi liberté voire liberté complète et celle menée à des fins professionnels avec des dizaines de furettes, où le temps consacrer par l’éleveur à chaque animal se résume à une "peau de chagrin".


Dans le même ordre d’idée, il est impossible de généraliser. En effet, chaque femelle est différente. Ainsi certaines furettes lorsqu'elles ont leurs petits ne supportent aucun contact humain et n'hésitent pas à mordre la main qui s'approchent ... même si c'est pour la nourrir. Dans ces conditions, il est naturellement préférable de laisser tranquille la maman et les enfants. L'idéal même, serait de lui fournir de quoi s'isoler comme par exemple une boite, à l'image de ce qui se fait dans les élevages destinés à la fourrure.


ftp://downloads.feulenoir.com/pltwxpym/video_feulenoir/chaussemielprendmain.wmv
Certaines personnes ont une relation intense avec leur furette comme vous pouvez le voir sur ce film où l'animal prend la main de l'homme pour l'un de ses bébés.


A l'inverse, d'autres furettes mamans entretiennent une relation particulière et exceptionnelle avec leurs maîtres humains et recherchent le contact, au point de déposer les furetons dans les mains ou encore de saisir délicatement les doigts pour les mettre dans son nid avec ses propres bébés. Dès lors, il faut mettre à profit cette relation pour instaurer et entretenir un contact étroit avec les petits.


La maman vient prendre le doigt de son maître pour l'amener dans son nid car elle considère ce dernier comme l'un de ses petits


Il n’est pas question de se saisir du fureton pour lui faire des bisous mais dans un premier temps de simplement le caresser du bout des doigts lorsqu'ils tètent. Ensuite, on peut offrir la chaleur de sa main (propre et réchauffées en se frottant les mains l’une contre l’autre si elles sont froides) pour entretenir le contact avec les bébés.


Les bébés furetons recherchent la chaleur et se lovent les uns contre les autres


En effet, les bébés recherchent la chaleur, il suffit de regarder le nid lorsque la mère s'absente pour observer que les petits se lovent les uns aux autres pour trouver le sommeil. Si vous approchez un doigt, ou votre main (à condition qu'elle soit chaude), les petits furetons viendront spontanément au contact comme le montre la série de photos suivante. On pense que ce contact rapproché durant le sommeil pourrait intervenir dans la maturation du système sensoriel des bébés (Rosset, 2006).


Il n'est pas possible de fournir de règle préétablie. Chaque furette est différente.


Dès que l'on met la main dans le nid, les petits de 23 jours cherchent le contact chaud des doigts : 1 fureton, 2 furetons puis 3 furetons, 4 furetons, jusqu'à la maman qui nous rejoint, pour après un laps de temps s'éloigner. Au final, l'ensemble des bébés se placent entre les deux mains, permettant à la maman de partir faire ses besoins...








Un argument qui pourrait s'opposer à toucher tôt les furetons serait qu'à l'âge adulte il souffrirait de troubles du comportement et serait dès lors plus agressifs. L'expérience montre que ce n'est pas le cas, bien au contraire (Cf. nos furetons)

Cette page n’a pas vocation à inciter à ce que les propriétaires de furets se mettent à tripoter les furetons qui viennent juste de naître mais simplement de donner une autre vision de la reproduction. Il va de soi que le furet est un animal domestique et que ce n’est pas parce qu’un jeune fureton n’aura jamais été manipulé que cela fera de lui une bête sanguinaire à 8 semaines. Toutefois si la mère après l’accouchement recherche le contact de son maître, il n’y a aucune raison valable de s’y soustraire. Bien au contraire, il faut profiter de ce moment intime de confiance absolu pour instaurer très tôt un contact homme animal. Le résultat sera au rendez vous. Derniers conseils : lavez vous bien les mains avant, ayez les mains chaudes, principe de sécurité évitez si vous êtes malades (rhume, grippe, gastro …) et ne réveiller pas les bébés.

Référence bibliographique :
Rosset E, Prévention du trouble du comportement chez le chiot à l'élevage, Thèse vétérinaire 2006.
Revenir en haut Aller en bas
rackaile
Admin
avatar

Messages : 201
Date d'inscription : 26/12/2011

MessageSujet: Re: La reproduction du furet    Dim 15 Jan - 19:57

Reproduction des furets albinos : problèmes & risques

J'ai été sollicité en ce début d'année, et cela à plusieurs reprises, concernant les risques ou les problèmes liés à la reproduction des albinos entre eux ou avec des furets de couleur champagne (Cf. les couleurs). Je vous propose de faire le point sur ce sujet.

Comme nous l'avons déjà vu, l'albinisme est une anomalie touchant une enzyme impliquée dans la coloration de la peau et des poils (Cf. qu'est-ce que l'albinisme ?). Il peut exister plusieurs formes d'albinisme (Cf. les formes de l'albinisme).

Les furets albinos ne sont pas plus faibles que les furets "colorés" (Cf. le furet albinos est-il plus faible ?), ils ne semblent pas être sujets à un risque plus élevé de cancer de la peau (Cf. les problèmes cutanés du furet albinos). Leur principal soucis est d'ordre visuel : si le furet coloré est myope, le furet albinos est "très" myope (Cf. les conséquences visuelles de l'albinisme chez le furet et la photophobie chez le furet).

Au risque de me répéter, le furet albinos n'est ni plus, ni moins qu'un furet blanc aux yeux rouges, un peu plus myope que les autres. De ce fait, il n'existe aucun risque à faire reproduire un furet albinos, que cela soit avec un albinos, ou avec un champagne ou un "putoisé".


Le furet albinos est juste un furet un peu plus myope que les autres. Sa reproduction ne pose aucun soucis.

Reproduction de furets albinos entre eux

Comme l'albinisme est un gène qui se transmet selon le mode autosomique récessif (Cf. hérédité, la génétique du furet albinos), faire reproduire 2 albinos entre eux fera que tous les furetons de la portée seront albinos (comment reconnaître un fureton albinos dès la naissance ? Cf. Développement post-natal du furet).


Aucun soucis à faire se reproduire un furet albinos avec un furet champagne. Photo de Chamiel par Amnesie.


Reproduction furet albinos & champagne

Concernant la couleur champagne, j'avais suggéré il y a quelques années, que cette couleur était liée avec l'albinisme. Le temps m'a donné raison. Tous les furets champagnes sont porteurs du gène de l'albinisme (à moins que la couleur champagne ne soit tout simplement un albinisme partiel). Là encore, faire reproduire un furet albinos avec un champagne n'entraîne aucun risque en particulier. La portée comportera des albinos et des champagnes. Les règles statistiques voudraient que l'on obtienne 50% de champagnes et 50% d'albinos. Néanmoins ces règles se confirment surtout sur des grandes séries. A notre échelle de "petits éleveurs", on peut obtenir 100% d'albinos, comme 100% de champagne.


Tableau récapitulatif montrant les résultats attendus lors d'un croisement entre furet albinos et champagne.


Reproduction des furets clairs entre eux

Mais alors d'où vient l'idée qu'il ne faut pas faire se reproduire des furets de couleurs claires entre eux ? Cela vient probablement des furets "blancs aux yeux noirs" (ou DEW en anglais pour Dark Eyes White). Cette couleur semble être associée à des problèmes de surdités et la "coutume" sur le net veut qu'on ne les reproduisent pas entre eux.

Note : les visons blancs aux yeux bleus (Hedlung) sont eux aussi sourds. La surdité des femelles rend difficile la reproduction de cette couleur. En effet ces dernières étant sourdes, ne peuvent entendre leurs bébés geindre. Le risque de mortalité est donc élevée. Pour contourner ce problème, les visonniers ne reproduisent que des mâles hedlung avec des femelles "semi-hedlung". C'est d'ailleurs cette technique qui devrait être utilisée dans la reproduction des furets angoras.

Utilisation du furet albinos en génétique

Le furet albinos a toute sa place dans la reproduction. En effet, l'absence de pigment lui confère un avantage indéniable. Il peut être utiliser par exemple pour faire ressortir "le capital couleur" d'un furet, dont on ne connaît pas parfaitement la généalogie. Comme nous l'avons vu, avec la couleur champagne, il est aussi probable que certaines couleurs ne s'expriment qu'en présence d'un gène albinos.

Conclusions

Pour résumer, il n'y a aucun risque à faire reproduire un furet albinos, avec un autre albinos ou un champagne. L'albinisme présente même certains atouts en terme de reproduction. Vous aurez même la chance, en le faisant, de voir naître de très jolis furetons au pelage blanc et aux yeux rouges. Néanmoins, il faut savoir que la vente des furetons est fortement soumises aux effets de modes : il y a eu la mode des arlequins, des badgers, des angoras, des blacks, etc. Certains considèrent les albinos comme une "couleur de bas de gamme" et de ce fait les vendent moins chers. Il est plus sage, à mon avis, de dire que le furet albinos est tout simplement "hors norme". D'ailleurs, il arrive parfois qu'ils soient placés en premiers.

Pour terminer, n'oubliez pas que selon la définition du dictionnaire Larousse, un furet est albinos. Et pour ceux qui n'ont pas encore craqué pour cette couleur, dites vous que si les furets albinos ont les yeux rouges c'est tout simplement pour que vous puissiez voir au plus profond de leur coeur.
Revenir en haut Aller en bas
rackaile
Admin
avatar

Messages : 201
Date d'inscription : 26/12/2011

MessageSujet: Re: La reproduction du furet    Dim 15 Jan - 20:06

tissus, paille, foin pour le nid ?


Quelques jours avant la mise à bas, le furette (femelle du furet) est isolée de ses congénères dans une cage dite "de naissance". Cette cage est disposée dans un endroit calme ou la femelle ne risque pas d'être embêtée par les autres furets (ou animaux). De plus, on a prit soin au préalable d'enlever tout ce qui peut représenter un risque de chute potentielle comme les étages, les hamacs, etc. La furette tranquille va pouvoir réaliser son nid. Pour le nid, sont utilisés le plus couramment des tissus, de la paille ou de foin, chacun possédant des avantages et des inconvénients.

La paille
La paille camoufle bien les odeurs et donne un aspect propre à la cage. Le principal inconvénient est le risque de blessure et d'infection. En effet, la paille possède des épis piquants qui peuvent entraîner des plaies, allant de la simple conjonctivite à l'abcès. Les yeux non ouverts des furetons semblent très sensibles. Attention aussi où vous vous approvisionnez (ferme) car la paille peut contenir de la vermine, des parasites, etc.


Furette dans un nid de pailles.


Abcès sous la paupière lié à la paille du nid chez un fureton . Photo Coco110.


Le foin
Le foin sent bon et a l'avantage d'apporter une odeur agréable dans la maison et aux furets. Il donne lui aussi un aspect propre à la cage. Contrairement à la paille, il est dépourvu d'épis piquants et les risques d'infection cutanéo-muqueuses sont exceptionnels. Dans les visonnières (fermes d'élevage de visons) produisant des visons de type aléoutien ou des dérivés, on privilégie le foin. En effet, ces animaux sont trés sensibles aux infections cutanées suite à un déficit immunitaire consécutif au syndrome de Chediak Higashi. Cependant, le foin n'est pas dénué d'inconvénients non plus car il peut être poussiéreux et provoquer de la toux. Mélanger à l'urine et aux excréments, il se dégrade rapidement en dégageant une odeur ammoniaquée, et ce d'autant plus que les animaux sont nourris au carné.


Furetons dans un nid de foin


Beaucoup plus grave, il peut arriver que le foin se colle aux cordons ombilicaux des bébés dans les heures qui suivent la naissance. On peut observer ce phénomène lorsque la furette ne coupe pas "assez court" les cordons. On obtient alors une pelotte de furetons reliés les uns aux autres par du foin. Il faut intervenir trés rapidement sinon les bébés risquent de mourir. En effet, ils ne peuvent plus bouger donc ils ne peuvent plus s'alimenter et ils risquent l'hypothermie. L'opération pour dégager les furetons est trés délicate : il faut retirer le foin brin par brin, puis couper trés précisément les cordons collés au foin en évitant naturellement d'amputer les membres ... Depuis cette expérience, j'encourage vivement à vérifier dans les heures qui suivent l'accouchement que les bébés ne sont pas agglomérés entre eux à cause du foin.


foin et grain de litières collés au (long) cordon ombilical d'un fureton.


Les tissus
Les tissu sont doux et ils se déclinent en couleurs et motifs variés. Ils plaisent avant tout aux propriétaires de furets. En effet, leur forme et leurs couleurs sont très séduisantes. Ils possèdent néanmoins l'avantage de présenter un aspect ludique pour l'animal (tunnel, pieuvre, etc.).


Furetons nés dans du tissu. Photo Marie Laure.


Par expérience, les vêtements et autres linges, ainsi que les hamacs deviennent rapidement des nids à saletés. Il faut donc les renouveler souvent (lavage possible mais parfois la poubelle devient la meilleure solution). De plus, il y a toujours le risque qu'une griffe s'accroche aux fibres, que l'animal les ingurgite, ou qu'il s'étrangle avec une lanière ou avec un hamac déchiré. Pour toutes ces raisons, je les juge peu pratiques, peu hygiéniques, voire même dangereux même si les accidents sont extrêmements rares par rapport à la paille.

Conclusions

En pratique, il n'y a pas de solutions idéales. Il y a ceux qui ne jurent que par la paille, ceux qui n'utilisent que le foin et les adeptes des tissus. Finalement, c'est du cas par cas et il faut s'adapter à sa furette. Certaines furettes ne vont pas arrêter de se gratter avec le foin, d'autres recherchent les tissus, au point de déménager toute leur portée pour l'installer dans un canapé ou de voler une serviette éponge pour l'amener dans son nid, etc. Pour conclure, personnellement, je conseille le foin et déconseille la paille, suite aux risques d'abcès et d'infections (surtout oculaires) qui reviennent chaque année sur les forums de discussions. Les tissus sont plus salissants mais des accidents sont rarement rapportés comparés à la paille. Et comme pour l'alimentation, libre à chacun de trouver ce qui lui convient le mieux.


Furetons dans un nid fait de pailles et de tissus.
Revenir en haut Aller en bas
rackaile
Admin
avatar

Messages : 201
Date d'inscription : 26/12/2011

MessageSujet: Re: La reproduction du furet    Dim 15 Jan - 20:08

Différencier les albinos et les champagnes


la naissance, les furetons champagnes et albinos ont un pelage similaire (blanc clair). Il est néanmoins possible de les différencier.

En effet, les furetons champagnes et albinos peuvent être différenciés dès leur naissance en observant attentivement leurs yeux. Les yeux des albinos sont rouges et ceux des champagnes foncés. On devine leur couleur à travers les paupières closes (les furetons naissent aveugles et sourd Cf. développement post natal des furetons).

Voyons le tout en image car une photo est souvent plus claire que de longues explications. La photo suivante a été prise au 8 jour afin de mieux illustrer nos explications. En haut de l'image un fureton champagne et en bas un fureton albinos.



Pour résumer, les yeux des furetons champagnes apparaissent foncés à travers les paupières
Revenir en haut Aller en bas
rackaile
Admin
avatar

Messages : 201
Date d'inscription : 26/12/2011

MessageSujet: Re: La reproduction du furet    Dim 15 Jan - 20:11

Petite portée, gros soucis ? Quoique....



Une petite portée (1 à 3 furetons) inquiète beaucoup les propriétaires de furet, bien qu'en pratique, tout se déroule sans soucis dans la majorité des cas.



Cette page a été réalisée d'après mon expérience personnelle et l'observation d'une dizaine de "petites portées" sur 3 ans (2006 à 2008) et sera naturellement modifiée en cas de nouveaux résultats.

Qu'est-ce qu'une petite portée ?
On rapporte souvent que la portée moyenne d'une furette (femelle du furet) est de 8 furetons (bébés furets) avec comme extrêmes 1 et 18 ! (Avanzi, 2001). De ce fait, on pourrait parler de petite portée lorsqu'une furette met bas moins de 7-8 bébés. En pratique, on parle de petites portées lorsqu'il y a moins de 4 bébés.

Une petite portée expose t'elle à une tare de lait ?
On lit souvent sur les forums qu'une petite portée de furetons exposent la maman à une "tare de lait", c'est-à-dire à une montée de lait insuffisante. Le principe est simple, il n'y a pas assez de bébés qui têtent, donc la stimulation mammaire est insuffisante pour déclencher, voire entretenir la fabrication du lait. Et là c'est la catastrophe, les bébés vont mourir... Je ne sais pas trés bien d'où vient cette croyance populaire mais naturellement plus les conséquences sont alarmistes (décès des bébés) et plus elle est enracinée dans les esprits. En pratique, aucune tare de lait n'a été rapportée. Par contre, on observera que seules 2 à 3 tétines seront fonctionnelles (Cf. nombre de tétines d'une furette). En effet, le fureton têtera toujours les mêmes tétons, les autres s'atrophieront, comme vous pouvez le voir sur les photos suivantes :



Sur la photo du haut, ventre d'une furette avant l'accouchement. Les 6 tétines sont bien turgescentes (gonflées). La furette n'a donné naissance qu'à un seul bébé et on peut voir que sur les 6 tétines, ils n'en restent plus que 2 à 3 qui sont turgescentes. Les tétons, non sollicités, donc non stimulés, ne délivrent pas de lait et ont repris un aspect normal.



Le fait qu'une petite portée n'entraîne aucun tare de lait, n'est pas surprenant en soi car dans la nature, les autres mustélidés comme le putois (Mustela putorius), les visons (M. lutreola et Neovison vison) ou encore la loutre (Lutra lutra) ont des petites portées.

L'oestrus "de lactation"

Lors d'une petite portée, il y a un risque que la femelle retombe en chaleur 2 à 3 semaines après l'accouchement. On appelle ce retour de chaleurs alors qu'elle allaite encore ses bébés, l'oestrus "de lactation". On observe un phénomène similaire après un pseudo (Cf. Gestation & Pseudo chez la furette). Celle-ci est traditionnellement suivie de nouvelles chaleurs (en tout cas en première partie du cyle de reproduction) Il semblerait qu'il faille un nombre minimum de furetons en allaitement pour empêcher l'oestrus "de lactation". J'ai pu observé que l'oestrus "de lactation" ne survient que pour des portées de moins de 4 furetons. Guittre dans sa thèse indique qu'il faut moins de 5 furetons (Guittre, 1990).

Ce retour de chaleur inquiète souvent le propriétaire de l'animal qui s'interroge : faut-il remettre la furette au male ou la stériliser ? Guittre affirme que la femelle doit de nouveau être saillie car l'imprégnation hormonale (oestrogènes) diminue la production de lait (Guittre, 1990). Néanmoins, il ne cite aucune référence pour étayer cette affirmation. Il est peut être vrai que les oestrogènes diminuent la production de lait mais en pratique, on peut être tout à fait rassurant sur l'oestrus "de lactation". Par expérience, les chaleurs passent spontanément en 2 à 3 semaines sans aucune intervention et sans aucun retentissement sur la portée. Par contre, le risque est qu'elles reviennent 2 mois plus tard. Mais les furetons seront grands (Cf. Développement post natal des furetons), donc sevrés et ce délai laisse le temps de prendre ses précautions, comme par exemple envisager la stérilisation chirurgicale ou chimique (implant GnRH) de son animal.

Conclusions

En conclusion, une petite portée de 1 à 3 furetons ne doit nullement inquiéter les propriétaires. Elle n'expose pas à une tare de lait. La seule chose à retenir est que la furette risque de présenter un retour de chaleur durant l'allaitement de ses bébés si elle est en première partie du cycle de reproduction (février à mai). Ce retour de chaleur passe habituellement spontanément en 2 à 3 semaines avec pourra revenir 2 mois plus tard.

Références :
- AVANZI (2001). Le Furet. Editions de Vecchi.
- GUITTRE C (1990). Le furet animal de laboratoire. Thèse vétérinaire ENV Nantes.
Revenir en haut Aller en bas
rackaile
Admin
avatar

Messages : 201
Date d'inscription : 26/12/2011

MessageSujet: Re: La reproduction du furet    Dim 15 Jan - 20:24

Reproduction castration du furet en images


La castration chez le furet mâle consiste à retirer les 2 testicules. Elle rend l'animal stérile. Elle supprime les signes de rut (marquage, etc.) et atténue fortement l’odeur de l’animal. Sur ce dernier point, la castration chimique à l’aide d’un implant hormonal délivrant un agoniste antagoniste du GnRH est plus efficace (Cf. stérilisation et implant hormonal chez le furet). On peut noter que lorsque la castration est réalisée tardivement, le furet mâle peut conserver certains signes de rut, comme vouloir monter les furettes.

Chez le furet, il existe une relation entre la castration et la survenue du cancer des surrénales (Cf. impact de la stérilisation chez le furet). Néanmoins cette intervention est fortement recommandée chez la furette non destinée à la reproduction, afin d’éviter l’hyperoestrogénie, affection qui se révèle souvent mortelle.


Les uretères drainent l'urine formée dans les reins (non représentés) jusqu'à la vessie. La prostate est une glande qui entoure l'urètre et c'est à ce niveau que débouchent les canaux déférents, qui véhiculent les spermatozoïdes formés dans les testicules. La castration consiste à retirer les testicules.


De plus, il faut distinguer la castration de la vasectomie, intervention qui consiste à couper les canaux qui véhiculent le sperme. Les testicules sont laissées en place. L'animal vasectomisé est stérile mais conserve tous les signes de rut. Pour simplifier c’est un animal qui reste « entier » mais stérile. C'est ce type d'intervention qui a été retenue dans le cadre du programme de conservation du vison d'Europe (Mustela lutreola), afin de stériliser les visons d'Amérique (Neovison vison anciennement M. vison) occupant les mêmes zones que son cousin européen. L'animal est stérile mais conserve son comportement de territorialité, ce qui limite le risque que des nouveaux venus (fertiles) puissent s'installer. En sachant, qu'un animal sans territoire est plus fragile.

La castration est une opération chirurgicale menée par un vétérinaire. Elle est réalisée sur un animal endormi. La première étape consiste à bien isoler les testicules. Le vétérinaire désinfecte, puis ensuite incise le scrotum (sac contenant les testicules). Il pose le clamp, ligature, puis coupe le cordon spermatique. On passe ensuite au second testicule et on referme le sac scrotal. Au bout de quelques jours, les fils sont retirés.

Voilà une castration du furet en images, comme si vous y étiez.


Le vétérinaire repère les 2 testicules dans le sac scrotal.


Après désinfection, il incise.


Il clampe, ligature et coupe le cordon rattachant le testicule au reste du corps.



Le vétérinaire passe au second testicule.


L'opération est terminée et le vétérinaire referme le tout. Ici un seul point de suture aura suffit pour refermer la peau.


Photographie des deux testicules du furet retirés.



Dans le cas présent, l'intervention est simple, facile car les testicules sont bien sortis. Il en va autrement lors d'une cryptorchidie (absence des 2 testicules) ou d’une monorchidie (absence d’1 testicule) car il faut chercher le testicule manquant (Cf. Cryptorchidie, Monorchidie, Testicule ectopique chez le furet. ). L'intervention est alors plus lourde, plus difficile et plus longue.

Concernant les tarifs d'une castration classique, ils vont de quelques dizaines à une centaine d'euros.

Pour terminer, la castration chez le furet est une intervention certes banale mais qui expose à un risque comme toute intervention chirurgicale (anesthésie, post-opératoire, infection nosocomiale, etc.). C’est une intervention dite de « confort » mais qui peut se révéler indispensable en cas de furets vivant en groupe (meute ?), ou lorsque le propriétaire vit en appartement avec de la moquette, du parquet, etc.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La reproduction du furet    

Revenir en haut Aller en bas
 
La reproduction du furet
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
1furet 1espoir :: Le Furet :: Le furet en général-
Sauter vers: