Association de sauvetage des furets
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le Furet Albinos

Aller en bas 
AuteurMessage
rackaile
Admin
avatar

Messages : 201
Date d'inscription : 26/12/2011

MessageSujet: Le Furet Albinos   Dim 15 Jan - 14:59

Le furet albinos est souvent le "mal aimé". L'objet de ce dossier est de rendre sa place à cet animal, dont la seule tare est d'avoir les yeux rouges. Comme vous le découvrirez le furet albinos n'est pas plus fragile que son homologue coloré, il n'est pas affublé de débilités et mérite autant d'attention qu'un furet putoisé. De plus, son "absence de couleur" est un atout pour un éleveur.



  • Comprendre l'abinisme, ses causes, et ses conséquences sur le furet :
Introduction au furet albinos
Cette page web est un plaidoyer pour réhabiliter le furet albinos dans la société. En effet, trop nombreuses sont les personnes qui voient dans l'albinos, un animal affaibli, affublé de tares, un débile, le fruit d'une reproduction consanguine intensive. Avec ses yeux rouges, ces yeux qui dérangent, c'est si facile d'imaginer qu'il soit aveugle. D'ailleurs, c'est connu. L'albinos se vend moins bien. Tout a été dit, ou plutôt inventé, que ce sont des créatures plus faibles, plus fragiles, plus sensibles aux infections et aux maladies, et j'en passe. Certaines animaleries sont même allées jusqu'à renommer l'animal par des noms plus ou moins farfelus pour ne pas prononcer le mot tabou d'albinos. Et encore, je n'aborderai pas le sujet des éleveurs et des particuliers qui éliminent de leurs portées, ces rejetons indésirables.


L'origine du furet albinos
Pour certains, le furet albinos remonterait à l'origine même de l'histoire du furet domestique (Mustela putorius furo). Ainsi, selon le dictionnaire Larousse (édition 1957), le furet est la "variété albinos du putois, utilisé pour la chasse au lapin de garenne, qu'il poursuit dans son terrier". En effet, jusqu'à l'époque contemporaine, on considérait que le furet "pur" était un albinos et que les autres couleurs étaient obtenues par des croisement avec le putois (on parle de "retrampage"). De là, à s'imaginer que l'albinisme pourrait être un "bon traceur historique" de l'espèce Mustela putorius furo, il n'y a qu'un pas. Néanmoins cette hypothèse est loin de faire l'unanimité. Pour en revenir rapidement sur l'origine du furet, les études les plus récentes pencheraient sur l'hypothèse suivante : le furet serait issu de la domestication d'une branche nord-africaine, aujourd'hui éteinte, du putois (Mustela putorius), qui aurait divergée de la branche européenne vers la fin du Pléistocène Moyen, lors de son immigration dans le nord de l'Afrique

Qu'est-ce que l'albinisme ?
L'albinisme vient du latin albus, qui signifie blanc. L'albinisme désigne la diminution ou l'absence totale de la matière colorante des téguments (la peau et les poils), suite à une anomalie génétique. Lorsque l'absence est complète, la peau et les poils sont de couleur blanc, tandis que les yeux sont rougeâtres. Parfois, la coloration des téguments est normale et seuls les yeux sont touchés. Cette matière colorante qui fait défaut s'appelle la mélanine. L'albinisme est lié à une anomalie génétique. Il n'existe pas une mais des anomalies. Un individu présentant un albinisme est appelé albinos. L'albinisme existe chez toutes les espèces, y compris chez l'homme, à des fréquences variables.


L'albinisme est-elle une maladie ?
Bien qu'on utilise parfois le terme de maladie pour le désigner, l'albinisme n'est pas une maladie dans le sens "altération de la santé". On peut effectivement parler de "tare", dans le sens où ce mot désigne un défaut, une défectuosité (dans le cas présent génétique) dans la synthèse de mélanine. Par contre, on associe trop souvent le mot "tare" avec "taré", qui lui, sous entend débile, corrompu ... or un albinos n'est pas une créature tarée. Si on prend l'exemple, d'une autre anomalie génétique, le daltonisme qui consiste en une abolition de la perception de certaines couleurs (généralement le rouge et le vert), personne n'a l'idée de qualifier les daltoniens de "tarés génétiques".


Pourquoi les furets albinos ont-ils les yeux rouges ?
Les yeux des albinos sont rouges car l'iris et les autres structures de l'œil ne sont pas colorées du fait de l'absence de mélanine. On voit alors, par transparence, la rétine. Celle-ci est riche en vaisseaux sanguin, c'est ce qui explique cette couleur rouge, "rouge sang" pour être plus précis. Petite aparté : lorsque vous prenez des photos, il arrive parfois que les sujets aient les yeux rouges. En fait, ce que l'on voit est justement le reflet de la rétine. Il est possible de reproduire le phénomène en observant le regard d'une personne dans une pièce obscure et éclairé par un faisceau lumineux.

Il est d'usage d'admettre que le furet est myope. Certains y voient une conséquence de leur adaptation à la vie dans des tunnels, où la vision de loin n'intervient pas beaucoup (la myope voit bien de prêt mais mal de loin). Grâce au furet albinos et ses yeux rouges, il est possible de mieux comprendre la structure de l'oeil de l'animal. Pour cela, il faut avoir la chance de le photographier dans le bon angle, comme ce fut le cas sur la photo suivante. On observe que l'oeil du furet comprend une pupille, ronde lorsqu'elle est dilatée et allongée horizontalement lorsqu'elle est rétractée (celle du chat est allongée verticalement).

Comparaison entre l'albinisme chez l'homme et le furet
Les différentes formes d'albinisme chez l'homme et comparaison avec le furet

Dans l'espèce humaine, il existe plus d'une dizaine de forme d'albinisme, dont certaines sont de transmission récessive, d'autres dominantes et certaines liées au sexe. La forme la plus connue est l'Albinisme oculo-cutanée de type 1 ou plus simplement AOC type 1. Elle correspond à une anomalie génétique touchant le gène codant pour un enzyme, la tyrosinase. Celle-ci est indispensable à la synthèse de la mélanine qui est un pigment responsable de la couleur de la peau et des poils. Plus de 50 mutations ont déjà été décrites à ce jour chez l'homme. Au sein des AOC, on reconnait 3 types.


Il existe plusieurs formes d'albinisme dans l'espèce humaine mais combien chez le furet ?

• L'AOC type 1A de l'homme est la plus plus connue. Elle est souvent appelé "tyrosinase négatif" car l'enzyme muté est non fonctionnel. Etant responsable de la couleur des téguments, l'individu porteur de cette anomalie à ses téguments (la peau et les poils) de couleur blanc et les yeux rouges. La transmission de l'AOC type 1A est autosomique récessive. L'albinisme du furet ressemble beaucoup à l'AOC type 1A de l'homme.

• L'AOC type 1B est aussi dite "mutant jaune". Elle correspond, elle aussi, à une mutation du gène codant pour la tyrosinase mais l'enzyme muté est "presque fonctionnel". On obtient alors une coloration proche du roux. Dans le livre "Le Furet" de Avanzi [Avanzi, le Furet, éditions de Vecchi, page 25, n° ISBN 2-7328-2577-8], on découvre la photo d'un furet albinos de teinte jaunâtre, soit disant "peu appréciée des standards de la race". On serait tenté de dire que cette variété "d'albinos jaunâtre" ressemblerait à la forme humaine AOC dite "mutant jaune". En fait, il est probable que la coloration "jaune-roux" des furets albinos soit liée tout simplement à un excès de sécrétions sébacées. La castration et un bon bain viennent habituellement à bout de cette coloration particulière.

• Le 3e type d'AOC est le type ITS ou "dépendant de la température". Là, l'enzyme muté a la particularité de fonctionner uniquement à certains degrés de température. Dans le règne animal, on retrouve chez les chats siamois, l'exemple flagrant d'AOC type "dépendant de la température". En effet, la couleur "siamois" est liée à une anomalie génétique. L'enzyme tyrosinase muté a la particularité d'être instable à la chaleur. Il ne fonctionne donc qu'à une température légèrement inférieure à celle du corps. Comme les pattes, la queue, les oreilles et le museau, sont "plus froids" que le reste du corps, l'enzyme fonctionne uniquement en ces endroits et c'est ce qui donne la couleur particulière au siamois. Personnellement, je suis convaincu que ce type d'albinisme existe lui chez le furet.


L'hérédité de l'albinisme chez les furets
L'hérédité

Le furet est probablement l'espèce où l'albinos est le plus répandu. L'albinisme chez le furet est une anomalie génétique. Elle touche un gène et serait apparemment de transmission autosomique récessive. Les gènes sont portés sur des chromosomes. Il semblerait que le locus (emplacement du gène sur le chromosome) de l'albinisme serait situé à proximité du centromère du chromosome (région centrale).

On considère qu'il existe dans une cellule 2 types de chromosomes : les chromosomes sexuels (gonosomes) et les chromosomes non sexuels (autosomes). L'anomalie génétique de l'albinisme chez le furet est localisée sur un autosome, d'où le terme de transmission autosomique. Dans chaque cellule, les chromosomes vont par paires. Pour que cette anomalie s'exprime, c'est à dire "se voit" (phénotype), il est nécessaire que l'individu présente l'anomalie sur les 2 chromosomes, formant une même paire, d'où le terme de récessivité ou "récessive". Si l'anomalie n'est présente que sur un seul chromosome d'une paire, on parle d'individu porteur car il porte dans ses cellules l'anomalie mais ne l'exprime pas. La parité des chromosomes sert en quelque sorte de protection. Ainsi si l'un des gènes est malade ou ne fonctionne pas ou mal, l'autre gène normal porté sur le 2e chromosome est utilisé.

En conséquence, lorsqu'un furet est albinos, cela implique obligatoirement que ses deux parents possèdent chacun au moins un gène de l'albinisme. Lorsqu'un furet n'est pas albinos mais possède dans ses cellules, le gène de l'albinisme, on parle de furet porteur. A l'opposé des sujets albinos et porteurs, lorsque le furet ne possède aucun gène de l'albinisme, on peut parler de sujet sauvage (en fait de couleur ou de phénotype "sauvage" ou putoisé à l'opposé du phénotype albinos).

Il est difficile de prédire précisément la couleur des furetons d'une portée. Lorsque les parents sont albinos, les enfants seront tous des albinos. Dans le cas contraire, il faut regarder sur le tableau suivant :


L'existence de la notion de "furet porteur" de l'albinisme explique qu'il est possible d'obtenir brutalement un albinos dans une portée et ce même après plusieurs générations. Le gène de l'albinisme ne disparaît jamais complètement. Il est transmis insidieusement aux générations suivantes. La seule solution pour éliminer complètement le gène de l'albinisme consisterait à éliminer de la reproduction tous les parents ayant donné un albinos mais aussi les frères et soeurs de celui-ci. J'ai encore en mémoire l'exemple d'un éleveur amateur qui était surpris d'avoir un albinos dans l'une de ses portées, alors qu'il n'en avait jamais eu jusqu'à présent. En l'interrogeant, j'ai découvert que le mâle était un vieux reproducteur mais que la femelle était nouvellement arrivée dans son élevage. A fortiori, son vieux mâle et cette nouvelle furette sont des "furets porteurs".


Les conséquences de l'albinisme chez le furet : avant tout d'ordre visuel

Chez l'homme, l'albinisme peut exposer l'individu à certains problèmes, notamment au niveau de la peau et des yeux. En fait, cela s'explique par le rôle de la mélanine, qui en plus de donner sa couleur aux téguments (yeux et peau), assure aussi une protection contre les rayons ultraviolet du soleil (les UV sont responsables des cancer de la peau). Avant de voir qu'elles peuvent être les conséquences de l'albinisme chez le furet, intéressons nous d'abord à l'homme. Pourquoi l'homme ? Tout simplement parce que le sujet a mieux été étudié chez celui-ci. Les albinos humains ont essentiellement des problèmes de vision : sensibilité voire douleur des yeux à la luminosité (photophobie), mouvements anormaux du globe oculaire (nystagmus), strabisme, problèmes réfractifs (astigmatisme) et une mauvaise acuité visuelle de loin (allant de 1/25 à 4/10), même si corrigé (myopie importante). On observe surtout une anomalie du trajet nerveux entre l'œil et le cerveau. L'autre problème des albinos est leur sensibilité très forte à la lumière du soleil, avec inaptitude au bronzage (brûlure) mais aussi risque plus important de cancers de la peau (défaut de protection contre les UV).


Le réel problème de l'albinisme chez le furet est d'ordre visuel.
Le furet albinos a une mauvaise vision mais il n'est pas pour autant aveugle.

Le maître des problèmes de l'albinisme chez le furet est d'ordre visuel. Ce n'est pas lié à la coloration rouge des yeux (lié à l'absence de coloration de l'iris) mais à l'absence de coloration de la rétine. La rétine comprend en effet plusieurs structures dont un feuillet cellulaire appelé "la rétine pigmentée". Celle-ci joue un peu le rôle de chambre noire pour le développement des images or chez l'albinos, ce feuillet n'est pas pigmenté (c'est à dire pas coloré). On connaît mal la relation qui peut exister entre l'anomalie de la coloration de la rétine au stade embryonnaire et ses répercussions sur le développement des voies visuelles sensorielles.

Plusieurs études scientifiques ont montré que le furet albinos présente toute une série d'anomalies touchant le sens de la vision :
• Le furet albinos, tout comme l'homme albinos, a une anomalie du trajet nerveux entre l'œil et le cerveau [Akerman CJ & coll 2003].
• Il présenterait aussi une anomalie dans les mouvements réflexes de leur yeux (strabisme ? nystagmus ?) [Hoffmann KP, Garipis N, Distler C. 2004] [Telkes I, Garipis N, Hoffmann KP. 1999].
• Il semble exister une altération de leurs champs visuels [Garipis N, Hoffmann KP. 2003], anomalie qui serait absente chez l'homme.
• Il existerait aussi des anomalies au niveau de la rétine. Au niveau de la rétine, il existe 2 populations de cellules utiles pour la vision : les cônes (perception des détails et des couleurs) et les bâtonnets (vision dans la pénombre et mouvements). Les furets albinos auraient un nombre normal de cônes mais un manque de bâtonnets par rapport aux furets non albinos. [Jeffery G, Darling K, Whitmore A. 1978].
• Le centre de la rétine serait peu développé et on observerait une réduction de la densité de cellules ganglionnaires par rapport à un animal coloré [Jeffery G, Kinsella B. 1992].

Toutes ces anomalies font que le furet albinos a une vision moins performante que son homologue coloré. En fait, il est difficile d'estimer l'handicap lié à l'albinisme car de base le furet dispose d'une mauvaise vision de loin (myope). Ainsi le problème semble moins catastrophique que dans l'espèce humaine, d'autant plus que l'animal est plus à même de compenser cette lacune par l'usage de ses autres sens (odorat et audition). Concernant la chasse, une mauvaise vue de loin ne doit certainement pas gêner l'animal pour chasser le gibier dans des galeries obscures. Et puis, le furet n'est utilisé que pour faire fuir le lapin, effrayé par l'odeur de ce prédateur.


La photophobie chez le furet albinos
Et la photophobie ?

La photophobie est une notion purement suggestive. C’est la crainte de la lumière due à des sensations pénibles, voire même douloureuses. On pense souvent que le principal problème des albinos se résume à des problèmes de photophobie or nous avons vue qu'il n'en était rien. Pour simplifier, la photophobie est un problème plus que mineur, comparé aux autres anomalies touchant l'organe visuel, comme les anomalies des voix visuelles. De plus, elle n'est pas spécifique aux albinos. Elle peut être présente dans certaines affections de l'oeil, le plus souvent lors de kératite (inflammation de la cornée). Elle peut aussi être présente lors d'une affection du système nerveux (méningite). Parfois la photophobie existe sans que l'on retrouve pour autant un problème. Pour en revenir au furet, il faut admettre qu'il n'est pas toujours évident de mettre en évidence une "notion suggestive" chez un animal. J'ai d'ailleurs recherché l'existence d'études scientifiques sur le sujet mais je n'ai rien trouvé. Ce que l'on sait, c'est qu'à l'origine, le furet a été sélectionné pour la chasse dans les terriers. Il est donc tout à fait licite d'imaginer que sa vue est plus adaptée à la vie dans les tunnels obscures, qu'aux pièces ensoleillées. De même, si nous nous intéressons au putois (Mustela putorius), son plus proche cousin, on sait que cet animal a surtout des moeurs nocturnes. Sa vue est probablement, elle aussi, plus adaptée à un environnement faiblement éclairé. Dès lors, il est plus que difficile d'estimer les conséquences de l'albinisme. Des animaux albinos recherchant plutôt des lieux obscures pourraient être un argument valable en faveur d'une photophobie. Cependant, on observe le même comportement chez des furets putoisés. Pour ma part, je n'ai pas observé de différences notoires entre les deux couleurs mais peut être est-ce lié à un manque de recul ? Au final, par mesure de précautions, je pense qu'il est important de fournir au furet quelque soit sa couleur une zone d'ombre (placard, voire un simple Tshirt).


Remarques : Les seuls textes parlant de photophobie et d'animaux (ou de furets) que j'ai trouvé sont d'ordre légal. Il existe en effet des textes relatifs à la luminosité des locaux pour les animaux albinos utilisés dans les laboratoires. La Convention européenne a émis des recommendations pour les animaux destinés à l'expérimentation scientifique [Convention européenne 18/03/1986]. Parmi ces recommandations, l'une d'elle concerne succinctement les animaux albinos. Leur conseil est le suivant : "Lorsqu’on élève des animaux albinos, il devrait être tenu compte de leur sensibilité à la lumière". Cette recommandation a été reprise et complétée par la Suisse dans la directive pour la détention des furets à viser expérimentales [Directive Suisse pour la détention des furets] : "12 à 14 heures de lumière. L'intensité de l'éclairage de la zone où se tiennent les animaux ne doit pas dépasser 100 lux pour les animaux albinos (art 59, 1er al. OPA). Pour l'élevage, le programme d'éclairage doit varier dans le courant d'une année (simulation de la longueur naturelle des jours)". Il est difficile d'affirmer si cette directive est tirée d’une étude spécifique au furet ou tout simplement d'une extrapolation. Il est intéressant de rappeler que le furet est malheureusement toujours un animal de laboratoire. Les animaux destinés à l'expérimentations ont des conditions de vie complétement différentes de ceux qui vivent dans nos habitations. Ils sont élevés en batterie avec des éclairages néons allumés plusieurs heures par jour. Parfois certains n'ont même pas de zones d'ombres pour s'abriter.


Les problèmes cutanés chez le furet albinos
Les problèmes cutanés chez le furet albinos

Je n'ai pas retrouvé de problème de cancers cutanés plus importants.
Les normes biologiques du furet albinos
Il semblerait que certains auteurs aient été amenés à considérer des normes hématologiques différentes entre les furets de couleur et les albinos. Il est difficile de savoir si ces variations sont significatives car il semblerait que ces données aient été élaborées à partir d'un faible échantillon. Il ne faut pas être surpris par l'existence de normes différentes entre les mâles et les femelles. C'est aussi le cas dans l'espèce humaine (liées entre autre à l'existence d'une différence de corpulence, donc de la masse sanguine).


Le furet albinos est-il plus faible ?
L'albinos est-il plus faible ?

Une notion importante à faire passer est qu'il faut abandonner l'idée que l'albinos est une créature plus faible. C'est une mauvaise interprétation des faits. Un albinos dans la nature est effectivement plus fragile car sa couleur blanche l'expose à une plus grande prédation. En effet, il est plus difficile de se camoufler (hormis en hiver) en pleine forêt quand le pelage est blanc. Cela ne sous entend nullement pour autant que l'albinos est affublé de faiblesses physiques ou mentales. On lit ou entend souvent que l'albinos présente une fragilité de ses organes, qu'il est plus sensible aux infections, qu'il peut être aveugle, etc. Je ne dis pas que ces anomalies n'existent pas mais que je n'ai trouvé aucune référence sur le sujet dans les banques de données scientifiques. Si on fait un parallèle avec l'espèce humaine, on a regroupé sous les termes de " formes complexes", toute une série d'albinismes associés à des anomalies graves mettant en jeu le pronostic vital de la personne, comme par exemple : une anomalie de la coagulation (risque d'hémorragies), des anomalies du système immunitaire (plus fragiles aux infections, qui sont plus fréquentes), etc. Ces formes complexes sont rares dans l'espèce humaine et c'est probablement le cas pour le furet. Aujourd'hui, nous de disposons d'aucun argument permettant de dire que le furet albinos est plus faible que son homologue coloré. Putoisé ou albinos, l'un n'est pas plus fort ou plus fragile que l'autre.


L'albinisme chez le furet : un gène caché ?
L'albinisme : un gène caché ?

Des études ont montré que certaines couleurs comme le siamois, le silver et le silver-mit seraient liées à des jeux de gènes alleliques situés sur le même locus que le gène de l'albinisme. J'ai toujours été surpris par la couleur dite champagne, où le corps est blanc et les extrémités colorées. Parfois, l'animal peut même rester blanc pendant plusieurs mois avant de prendre sa couleur champagne. Cela me fait penser à un albinisme dépendant de la température, même si je n'ai aucune preuve pour étayer cette hypothèse. Néanmoins, je suis convaincu qu'il existe une relation entre le gène de l'albinisme et la couleur champagne. Je me suis intéressé aux croisements entre furet champagne et albinos. Sur une demi-douzaine de croisements étudiés, tout accouplement de furet de couleur champagne avec un albinos, a entraîné l'apparition au sein de la portée d'au moins un albinos. Cet échantillon étudié est loin d'être représentatif et on ne peut en tirer aucune conclusion, hormis que dans les quelques couples étudiés, les furets champagnes étaient tous porteurs du gène de l'albinisme.


Conclusions de l'alibinisme chez le furet
Conclusions

• Probablement à l'instar de l'albinisme chez l'homme, l'albinisme chez le furet est une anomalie génétique touchant la synthèse d'un pigment responsable de la coloration de la peau, des poils et donnant une coloration rouge aux yeux de l'animal. De part ses manifestations et son mode de transmission récessif, l'albinisme du furet ressemblent à l'albinisme humain AOC type 1 mais il est probable que comme chez l'homme, il existe plusieurs types d'albinismes.

• Le furet albinos présente plusieurs anomalies touchant ses organes visuels sensoriels, entraînant une diminution de ses capacités visuelles sans pour autant impliquer l'existence d'une cécité complète (l'animal n'est pas aveugle). Les faibles capacités visuelles de l'animal sont probablement compensées par l'usage de ses autres sens (odorat et audition). En aucun cas, le furet albinos, compte tenu de sa vocation d'animal domestique, ne peut être considéré comme un individu chétif ou plus fragile. Découvrez l'histoire de Lucky le furet albinos, rescapé d'un accident, qui montre la grande force de ce petit animal : Sauver Lucky, un petit ange albinos parmi les hommes.

• Si le caractère albinos s'est maintenu jusqu'à aujourd'hui au fil des siècles, c'est la preuve qu'il ne constitue pas à proprement parler une tare génétique, même si on peut considérer qu'elle a été entretenue, voire sélectionnée par les éleveurs. Lors de l'utilisation du furet pour la chasse, on peut considérer que la couleur blanche est un atout, puisqu'elle permet à l'animal de ne pas être confondu avec la proie, ou avec un putois. Il est plus reconnaissable. Dans le passé, les chasseurs ont tout fait pour sélectionner le gène de l'abinos et le stabiliser. Aujourd'hui, les critères de beauté ont changé et l'albinos n'est plus à l'ordre du jour malheureusement, voire pire ses yeux font peur. (Cf l'Antre des Horreur). J'espère que le travail de sélection qui s'est échelonné sur plusieurs siècles ne disparaîtra pas en quelques décennies.

• S'il y avait une chose à retenir c'est que les albinos ne sont pas des animaux malades. L'absence de mélanine qui leur confère leur si jolie robe nécessite de prendre quelques précautions avec le soleil. Par exemple, ne pas laisser ses furets albinos en plein soleil toute la journée. Cependant ce conseil est aussi valable pour les furets non albinos.

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Furet Albinos
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
1furet 1espoir :: Le Furet :: Le furet en général-
Sauter vers: